L'UDA vit en dehors de la réalité des théâtres!

06.03.2005

L’Union des artistes demande une augmentation immédiate de 40% du cachet des interprètes.

 

Montréal, le 6 mars 2005. Les demandes déposées par l’Union des Artistes (l’UDA) aux Théâtres Associés inc. (TAI) sont totalement irréalistes. Elles correspondent à une augmentation moyenne de 40% des cachets des interprètes et ce, d’un seul coup et immédiatement. 

40% D'AUGMENTATION EN UNE ANNÉE 

« Les demandes qui ont été présentées par l’UDA viennent d’une autre planète. Que peut-on faire devant une demande d’augmentation de 40% ? » demande Marie-Thérèse Fortin, porte-parole dans ce dossier. À titre d’exemple, si les tarifs demandés par l’UDA étaient appliqués maintenant, un interprète payé 6 000$ pour répéter et présenter une pièce au Théâtre d’Aujourd’hui verrait son cachet passer à 9 000$ dès la prochaine saison. « Nommez-moi une seule entreprise capable de supporter une telle augmentation. C’est irréaliste ! » ajoute-t-elle. 

L'UDA REFUSE DE RECONNAÎTRE LA RÉALITÉ DES THÉÂTRES

Les demandes de l’UDA représentent un surcroît de 1M$ la saison prochaine. L’UDA prétend que cela ne correspond somme toute qu’à une augmentation moyenne de 3% des budgets d’opération de TAI. « En affirmant cela, l’UDA biaise complètement la réalité de la gestion d’entreprises artistiques comme les nôtres et fait fi de nos responsabilités à l’égard des autres créateurs et du public. L’UDA sait que nos subventions sont gelées jusqu’en 2007, que le marché des commandites est sursaturé au Québec, que les frais d’opérations de nos lieux sont incompressibles et que la majorité de nos dépenses ne cessent d’augmenter chaque année. L’UDA sait parfaitement qu’il n’y a pas d’argent neuf dans nos théâtres pour la saison prochaine. Les demandes actuelles nous obligeraient à couper dans les productions, dans les distributions, dans l’entretien de nos bâtiments, dans le personnel déjà réduit de nos compagnies et faire un déficit pour donner cet argent aux interprètes. C’est irresponsable ! » de dire Marie-Thérèse Fortin. 

L’UDA prétend qu’en augmentant le prix des billets de 1$ ou 2$ les théâtres pourraient mettre la main sur cet argent. Les théâtres le font déjà pour répondre à la seule augmentation des coûts de la vie. C’est une augmentation beaucoup plus importante qu’il faudrait pour répondre aux demandes. Ce qui nuirait grandement à l’accessibilité au théâtre, un aspect primordial de la mission de TAI. 

TAI n’a rien à cacher et a donné accès à ses chiffres à UDA. 

LES DEMANDES DE L'UDA N'ONT PAS BOUGÉ

Rappelons qu’en janvier dernier, TAI avait été surpris par les moyens de pression des interprètes de l’UDA qui refusaient de signer les contrats pour la saison 2005-2006. Les TAI avaient alors invité publiquement l’UDA à déposer des demandes précises. 

Des demandes, extrêmement partielles et largement au-dessus de la capacité financière de TAI, ont finalement été déposées le 14 février. Rapidement le 18 février, après avoir tout étudié, TAI a soumis une contre-proposition à l’UDA comprenant notamment le paiement séparé des heures de répétition, espérant ainsi trouver un terrain d’entente pour les deux parties. Treize jours plus tard, après avoir fait piétiner des rencontres de négociation en questionnant non pas le fond de l’offre de TAI, mais certains éléments secondaires, l’UDA revenait avec une seconde proposition, presque identique à la première. « L’UDA ne laisse absolument pas de place à la négociation dans ce dossier. On n’est même pas sur la même patinoire » déclare Marie-Thérèse Fortin. 

TAI DEMANDE L'INTERVENTION D'UN MÉDIATEUR POUR SAUVER LA SAISON 2005-2006

L’irréalisme des demandes de l’UDA à la table de négociation force les TAI à rendre publique l’état des négociations et à solliciter l’aide d’un médiateur. « Comment voulez-vous que des discussions sérieuses aient lieu au cours des prochaines semaines avec des exigences aussi élevées ? » de dire Marie-Thérèse Fortin. 

Les rencontres avec le médiateur débuteront le 23 mars prochain. « TAI est face à un mur et il est clair que seule l’intervention d’un médiateur pourra sauver la prochaine saison théâtrale. Et si nous n’arrivons à rien, la saison 2005-2006 sera gravement amputée, voire même annulée » ajoute-t-elle. 

DATE DE NON-RETOUR POUR LA SAISON 2005-2006

TAI a convoqué une assemblée spéciale des membres vendredi le 11 mars pour réévaluer l’ensemble de la situation et statuer sur une date butoir quant au maintien de la prochaine saison. Les interprètes se refusant à signer tout contrat paralysent littéralement la préparation de la prochaine saison de théâtre. Ne sachant avec quels acteurs ils travailleront, metteurs en scène, éclairagistes, costumiers et tous les autres travailleurs en théâtre voient aussi retardé la signature de leurs propres contrats. « Je tiens aujourd’hui, au nom de TAI à informer tous les interprètes et artisans du théâtre que la prochaine saison est véritablement en danger. » affirme Marie-Thérèse Fortin. 

THÉÂTRE ASSOCIÉS INC. (TAI)

Théâtre Associés inc. est un organisme à but non-lucratif regroupant douze théâtres au Québec, tous résidents et présentateurs de saisons théâtrales : le Théâtre du Nouveau Monde, la Compagnie Jean Duceppe, le Théâtre du Rideau Vert, le Théâtre de Quat’Sous, l’Espace Go, le Théâtre de la manufacture (La Licorne), le Théâtre d’Aujourd’hui, la Société de la Place des Arts, le Théâtre Denise-Pelletier, le Théâtre du Trident, le Théâtre de la Bordée et le Théâtre français du Centre national des Arts. 

- 30 - 

Source : 
Théâtre Associés Inc. (TAI) 

Information et entrevue : 
Catherine Leboeuf 
repère communication recherche 
Tél. (514) 878-1001, poste 109 * Cell. (514) 961-8812 
Courriel : cleboeuf@repere.ca 

 

 

 

 

Please reload

| Dernières actualités |

November 22, 2018

April 25, 2017

Please reload

| Archives |

Please reload

© 2015 Théâtres associés inc. Site créé par Hubert Côté.